JahlOnline

Le studio qui vise l'excellence

« Je n’aime pas garder le succès pour moi. J’aime le partager. Avec ma famille. Une grande.

Unie et différente. Qui compte 40 personnes.

Chacune a mis sont talent, sa créativité et son professionnalisme au service du succès de notre marque. Et notre marque fait la difference. »

 

 Entretien avec Julian Herrera Lottero – le patron de JahlOnline studio. 

Un homage touchant a son équipe. 

 

  

Julian, souriant, devant l’entrée de JahlOnline Studio

 

Avec ces mots de Julian Andreas Herrera Lottero, le patron, commence ma visite au studio Jahlonline.

Je me trouve a Cali, la troisième métropole colombienne qui compte 3 millions d’habitants, dans le quartier de l’Oriente. Devant moi, une villa de quatre étages, peinte en jaune, donne de l’optimisme au paysage.

La porte s’ouvre, et Julian me reçoit à bras ouverts : « Hola amiga ! Bienvenido à Cali. Bienvenido a Jahlonline ».  

J’ai connu Julian et une parte de son équipe, une année plus tôt, à LalExpo, édition de Cartagena. Quelques mois plus tard Christian le manager technique me contacte en me disant : «  Hola Alice. It’s time to buy your flight ticket. We’re so happy to welcome you in Cali ». 

C’est la petite histoire d’un sponsoring travel qui arrive par surprise.

 

 

Christian Rico, Manager Technique de JahlOnline lors de LalExpo Awards 2018

  L’histoire de JahlOnline un studio pas comme les autres

Julian me reçoit dans son petit bureau.  Je lui demande de me raconter son histoire.  Pour mieux, pouvoir a mon tour, la raconter

« En 2010, l’industrie de livecam bouleverse la Colombie. Et vice-versa. 25% de la population de 18-25 ans sont des femmes. Les clients de plateformes de livecam découvrent la beauté et l’exotisme de la femme colombienne et les plateformes commencent a s’intéresser a ce nouveau marché,  son potentiel,  sa typologie.

Des autres métiers connexes se développement. Tous les ingredients sont là pour bâtir un environnement économique sérieux. »

 Julian continue son récit.

 « J’étais un jeune papa, qui venait de finir ses études en psychologie. J’avais le choix entre ouvrir un cabinet, travailler dans un hôpital, ou saisir l’opportunité de cette nouvelle industrie qui promettais des tones d’argent rapidement gagné ».

Le diplôme de Psychologue trône sur le mur de studio.

« J’ai fait le choix d’attendre et d’observer. J’avais besoin d’une projection plus précise pour construire le business. Cali, est une ville énorme, comme tu as pu constater. Avec l’avantage, d’avoir une population très métissée, mais avec un trafic auto d’enfer et la pollution qui va avec.

On y retrouve une main d’œuvre jeune, des belles femmes, de toutes typologies. Grâce au développement économique de la ville, on y retrouve de tout. C’est l’avantage d’avoir des écoles et des universités, car, beaucoup des jeunes s’y forment.

J’ai analysée les besoins d’une femme mais aussi celles d’une personne qui pourra travailler pour moi. Une femme, qui pourra être modèle, est aussi une épouse, une compagne, une mère. Sa vie se partage entre sa vie privée et son travail.

Avant d’installer le studio il a fallu cerner tous ces paramètres sociologues et géographiques. Quand ‘ai pris la décision d’installer le studio dans le quartier de l’Oriente, ce n’était pas un hasard. J’ai étudié le quartier. On y retrouve de tout. Une population qui a besoin de travailler, un quartier calme et familiar, des écoles, commerces et des transports. »

  

Vu sur quartier de L’Oriente. 

Julian continue son récit…

« Ma ciblé c’était d’employer ceux qu’y habitait. Et j’ai vu juste, en disant, on vous emmène le travail chez vous, pas besoin de perdre votre temps dans les embouteillages ».

« Je me demandait aussi, pourquoi un modèle vannait travailler pour moi. Que puis-je lui offrir de plus, vis a vis de autres studios ? Il était cette époque sauvage, quand tous les jours des nouveaux studios apparaissait a chaque coin de rue ».

« Les réponses je l’avait trouvé dans mes propres principes. J’ai voulu construire un studio ou le respect, l’appreciation et la famille prime. C’est la raison pour laquelle, chez nous on ne travaille pas ni la nuit ni en week-end. Car la vie de famille et le repos priment. »

 

 Le studio aujourd’hui

 Jahlonline occupe une villa de quatre étages. On y compte 9 chambres de travail qui peuvent accueillir 25 modèles, dont 20 actives.

Le rez-de-chaussée est dédié au équipes techniques, le support modèles, les designers web, les photographes et vidéographes ainsi qu’au Patron.

Espaces bureau & design

 

Natalia, Model Support entourée des modèles           Daniela chargée Plateformes & Comptabilité

 Un espace cuisine-bar y se trouve aussi ainsi qu’un espace détente.  A l’étage, une belle salle de reunion accueille la vitrine ou trônent les awards gagnés. Un espace make-up tout neuf s’y installe. 

  

Salle de reunion                                                         Coin Make-up

« Nous sommes une équipe unie. Comme je disais, le succès on le partage, ainsi que les défaites. Dès fois je compare mon équipe a une des cyclistes. Tous pour un et un pour tous. Hé hé, Des vrais mousquetaires. » 

« On est vraiment désolés, mais on est en train de changer plein choses.  Je m’excuse  me dis Julian,  quand on arrive au premier étage. Un nouveau coin Make-up et coiffeur sera installé ici. Des nouveaux decorations pour les chambres de travaille et un nouveau design. On a tout repensé pour répondre au besoin des nos modèles mais aussi a un certain niveau de qualité au travail.  C’est vraiment une urgence de finir, hé, hé ! » 

Parlons des modèles.

« Nous travaillons avec trois categories : les girls, les trans et les garçons. On vit dans la ville la plus métissée de Colombie, donc les choix sont multiples. »

« Une partie de nos modèles, sont depuis quelque temps dans les TOPs.  Sont des filles intelligentes qui ont tout compris. Qui s’impliquent. Ce n’est pas suffisamment être belle et intelligente, pour devenir modèle de TOP « .

Il faut avoir le goût et l’envie de faire de la performance.

  » Et pour se maintenir a un certain niveau, exige du travail et d’implication. Sans ces ingredients l’équipe derrière un modèle, ne peut pas grand chose. Les modèles qui ont compris, sont arrivés a gagner des Awards, être nommées et le plus important multiplier leurs revenus. Car au final, la performance sans gagner de l’argent ne veut pas grand chose. » 

« Une partie des modèles, ont des autres envies. Pour moi, c’est le signe que sont arrivées a une certaine maturité. Sont des modèles qui assument totalement leur métier. Des vraies professionnelles. Et notre rôle intervienne pour les assurer et les canaliser dans leur futures choix de business. »

 » Quand un modèle arrive a une certaine performance artistique et financière et gère son brand, c’est une vraie Business Woman. Et comme des vraies femmes d’affaires, les modèles veulent gérer leur carrière, leur brand, investir et s’investir.

Notre rôle c’est de les aider et canaliser leur choix en les accompagner dans les investissements intelligemment. Certaines ont mis de l’argent du coté pour acheter une maison, autres font des études, autres y penses a investir dans un business. Important est qu’elle ont compris que l’argent est gagné durement. De toute manière, nous sommes là pour les accompagner dans leurs choix. »

 

 Selena Bella… l’étoile du studio

Parles moi de Selena.  Toute le monde sait qu’elle est ta compagne dans la vie. Comment arrivez vous a ne pas mélanger les deux ? 

« Hé, hé, ma vie est assez mélangée. Eh oui, je partage ma vie avec Selena. Quand j’ai observé la croissance de ses performances, nous avons beaucoup discuté. Elle a eu son point de vue. Comme toujours, d’ailleurs.  Elle a eu ses demandes particulières, et avec les équipes techniques, nous avons mis en place tout, pour réussir. On a construit un projet au tour du brand «Selena Bella ».

On a refait des séances photos, on a choisi des thématiques, on a renouvelé les galeries videos et multimedia, les comptes de réseaux sociaux sont alimentés en temps utile. On a tout adapté a sa demande.

Selena a su imposer son point de vue, avec des arguments précis.

On s’est mis tous au travail en lui fournissant le meilleur. Et elle a eu raison, vu les résultats. Mais tout ce qu’on a fait pour Selena, on le fait pour Meliina, Kaisy, Emily…. »

Pourquoi Selena travaille-t-elle dans une autre location que le studio ?

« C’est très simple. Elle est ma compagne. Pour éviter tout amalgame. Ce choix on l’avait fait en accord commun.  Et c’est très bien ainsi »

A-t-elle des projets dans l’avenir ?

Dans l’avenir, elle a des projets extrêmement précises, au-delà de l’industrie de la livecam. C’est une question du temps…. Mais pourquoi ne demandes-tu a elle ce soir ? J’en suis sur que tu sera surprise !

 

 

SelenaBella en quelques photos.

 
Les Awards ! Est-une envie ou une normalité ?

« J’en aucune idée.  A mon avis, c’est une suite logique dans le développement de notre entreprise.

C’est le signe qu’on arrive a une certaine maturité. Et avant tout, c’est la recompense de toute un équipe. Car, je me répète, le succès on le partage ensemble.

Tous les awards je les dédie a mon équipe.  A ces petits mains qui sont dans l’ombre, sobres, sérieux, passionnés, talentueux. Après, un autre facette, pour un studio qui gagne des Awards, c’est la publicité et la notoriété.

C’est plus facile a recruter, les modèles viennent plus facilement vers nous, avec l’envie de gagner de l’argent, en sachant pertinemment, qu’on peut mettre un place des programmes de training personnalisés, qu’on peux l’emmener vers l’excellence. 

 Les Awards ont du mérite dans cette industrie.  Elle mettent en lumière un énormément travail d’équipe et emmènent des benefices. Après tout, on a gagné que 5 Awards, il en reste a gagner ».  Rires.

Ca va dire que vous nous vous arrêtes pas a ces 5…

  

 

 

L’équipe lors de Gala Awards LalExpo, Théâtre Calima, Cali 2018

 

 

 Parlons Plateformes

Comment as tu fait le choix entre tous ces offres ?

« Au debut, beaucoup des studios ont fait le choix de travailler sur les plateformes Freemium. Ou sur les deux. Premium et Freemium ».  « Pourquoi dois je faire pareil qu’eux ? »

Je me suis dit « Si je veux un studio glamour, alors mon choix sera de travailler avec des plateformes qui on besoin de ce type de produit. Et le choix a était assez logique pour travailler avec Streamate, Imlive, FireCams, Liveasmin, Xcams. Mais on est assez ouverts a essayer des plateformes comme Eurolive ou XloveCams. On prends en compte la typologie de nos modèles et celle de la plateforme. C’est primordial.

 

 

L’équipe invitée par Stremate.com a une soirée Casino 

 

La concurrence

 Parlons nous de la concurrence entre les studios…

« Une économie sans concurrence n’existe pas. Sinon, c’est un monopole  !  J’aime dire que mon seul concurrent c’est moi même. Peut-être que la concurrence déloyale, pourra occuper la place seconde dans un classement ».

 … existe-t-elle une concurrence entre les studios de Roumanie et celles de Colombie ?

« Je mettrais la question autrement. Sont ces deux marché comparables ? 

Peut-être que oui, mais quels sont les paramètres de comparaison ? Depuis long temps, la Roumanie reste le leader du marché. Ils ont 10 ans d’experience de plus et ont représente une inspiration pour les studios colombiennes. 

On accueille avec plaisir les collègues roumains, nous même nous allons en Roumanie cette année. J’envisage de rendre visite aux quelques studios de Top, pas pour m’inspirer. Mais pour échanger. C’est extrêmement enrichissant des deux cotés.

C’est a chacun, individuellement, de construire son « tunnel d’achat » avec intelligence.

Le contenu media, les installations techniques, les decorations, le design, le système de training, la typologie de modèles, le marketing font la difference.  Mais au final, le consommateur s’en moque de notre « concurrence ». Car lui choisi en fonction de ses envies. De ses paramètres individuels. C’est extrêmement spécifique.

 Mes cadeaux de la parte de l’équipe. 

Les salons Pro

On s’est connu a Cartagena, lors de LalExpo. Cette année, j’y peux participer, grâce a votre sponsorship, ici à Cali. Quel est ton regarde envers les salons Pro ?

« Une industrie comme a notre ne peux pas ignorer LalExpo.  Le marché qu’il représente. On ne peut pas exister sans se rencontrer.

Car un salon Pro emmène de l’information, de la nouveauté, de l’échange, de la connaissance. Il faut qu’on comprend tous le coté bénéfique, le rôle de formateur d’un salon.  Si on regarde aujourd’hui LalExpo, qui a des nombre des participants record, on se demande comment on aurait pu faire sans ce salon.  En Colombie le nombre des modèles livecam est indéterminé. Ainsi ce des studios.

Une partie infime participe a LalExpo, et même, dans ces conditions plus de  2000 participants y sont venus. On avait besoin d’un salon Pro en Colombie. C’est une certitude. La Colombie c’est le premier marché de main d’oeuvre en l’industrie de livecam. Et prochainement on va dépasser la Roumanie au niveaux revenus gagnés. C’est la réalité.

De notre coté, studios, on a aussi compris la nécessité d’y participer. Car on a de la visibilité, accès aux informations nouvelles et des échanges avec les partenaires ainsi que des nouveaux partenariats.

C’est ainsi qu’on s’est connu, n’est pas ? Rires !

Il ne faut pas oublier la participation des étrangers au salon LalExpo.  Le nombre des entreprises nouvelles qui viennent presenter leur produits. C’est extrêmement bénéfique pour la Colombie, pour son économie, son tourisme , pour nous tous d’ailleurs. Les représentants des plateformes et des autres produits connexes ont compris l’importance de ce salon. Comme moi j’ai compris, de participer aux autres salons Pro d’Europe, en Roumanie en occurrence et aux USA ».

L’équipe de XloveCams réunie avec celle de Jahlonline

Francisco, surveille l’interview lors de LalExpo

LalExpo 2018

 

Dans l’avenir. Quels sont vos priorités et vos projets.

«  La priorité la plus urgente c’est de répondre aux besoins de mes équipes techniques.  On a besoin d’un nouveau local, pour y installer l’espace photo et vidéos, ainsi que l’équipe de design et celle de support. 

Nous  produisons notre propre contenu photo et video, et on a besoin d’un local professionnel. Donc l’urgence est d’acquérir l’immeuble d’a coté et de le transformer a nos besoins spécifiques ». « Les projets sont multiples. Mais sont a moyen et long terme. Je préfère garder le secret. Car sont des projets stratégiques »  . « J’en suis sur que tu mors d’envie de savoir plus » . Rires !

Angelica – Designer Artiste

Diego – Monsieur animation & design                   Felipe – photo-vidéo & Design PAO

Brayan – Chef Support Technique et Modèles

 

Pendant ma visite au studio Jahlonline, j’ai eu accès a tous les espaces.  J’étais accueillie par l’équipe technique et j’ai pu discuter avec les salariés.

Aucune restrictions et aucune contrainte.

Ce qui m’avait étonnée c’était la passion avec laquelle tous parlait de leur travail.

Felippe m’avait montré de photos merveilleuses qu’il a pendant les séances photos.  Christian, m’avait parlé de la façon comme il est laissé par Julian a gérer et administrer le studio. Daniela, qui est chargé des tous les affaires administratives et comptables est une vraie main de fer.

Natalia, qui aide avec son support les modèles a était la plus touchante.  Etant depuis quelques mois dans l’équipe, parlait comme une passionnée.

Tous les modèles, sans restriction, ont eu le droit de me parler sans aucune restriction. 

La Colombie ne me déçoit jamais.  Car, depuis deux ans, j’ai rencontrés des professionnels et des équipes d’exception.

Jahlonline est aujourd’hui un de studio de Top du marché colombien, qui ne compte pas a se résumer a sa position.

Il vise l’excellence.

Crédits photo : Madame Panama,  Louise Lang et Jahlonline. 

Récit : Louise Lang